À la communauté de Las Terrenas

Malgré tous nos efforts, la situation reste ambiguë, la trêve de Noël était nécessaire, mais la lutte continue à différents niveaux

Cette analyse vise à informer et à contribuer à une meilleure compréhension de la situation actuelle

LA SITUATION GÉNÉRALE

Malgré les apparences, tout n’a pas été ficelé comme il se devait. Ni la commission de suivi, ni Luz y Fuerza, ni le Cluster Touristique de Samana, ni EDENORTE, en fait personne ne sait exactement ou dans sa totalité, tous les détails pertinents de la situation qui concerne le service électrique. Cela est dû à l’inefficacité continue de la Surintendance d’électricité, régulateur du système électrique national, à communiquer et à fournir des informations claires sur la situation. Cependant, ce qui est connu dans une certaine mesure ce sont les choses suivantes :

  1. EDENORTE termine l’interconnexion dans quatre mois et Las Terrenas sera alimentée par le système électrique national à travers les réseaux de Luz y Fuerza Las Terrenas et émettrait les factures et donnerait le service. L’entrée d’EDENORTE s’est fait sur ordre du Président Danilo Medina.
  2. Luz y Fuerza recevrait un péage, c’est-à-dire un crédit pour l’utilisation de ses lignes et de l’administration. Si EDENORTE vend l’électricité directement entre 4,4 et 8 pesos le kilowatt, et il a été annoncé qu’à Las Terrenas le kilowatt serait vendu avec une baisse de 40% par rapport au coût précédente, cela signifie que le kilowatt se vendrait entre 13 et 14 pesos. Cela signifie également que la compagnie Luz y Fuerza recevrait la différence comme marge bénéficiaire.
  3. Personne ne connaît les termes exacts de l’accord entre l’Etat et Luz y Fuerza. Les mesures prises récemment par Luz y Fuerza implique qu’aucun accord ou qu’ils sont sortis de celui-ci, parce qu’ils ont récemment rejeté qu’EDENORTE entrait à Las Terrenas.
  4. La communauté a demandé et la communauté poursuit ses efforts pour en finir avec la compagnie Luz y Fuerza et qu’EDENORTE entre directement. L’interconnexion éliminerait la nécessité d’une génératrice, ce qui mettrait fin au monopole de l’Ingénieur Orsini et éliminerait la concession à péage et les frais administratifs de Luz y Fuerza, afin qu’EDENORTE se charge de tout. Il n’y aurait alors aucune raison qu’EDENORTE nous facture plus cher que ce qui est facturé à Sanchez et Samaná.
  5. La commission continue obstinément à obtenir un entretien direct avec le président Danilo Medina pour comprendre que ni la SIE, ni la CDEEE, ni le sénateur, ni les députés, ni la mairesse, ni personne n’a été en mesure d’agir de manière appropriée face au problème. Le manque de clarté quant aux lignes directrices établies par le SIE crée une situation ambiguë et comme toutes les choses ambiguës, se prête à créer des conditions potentiellement favorables ou potentiellement positives. La commission n’en sait pas plus que ce qui apparaît dans la presse et nous avons demandé à la SIE une copie de la résolution qui amène EDENORTE à Las Terrenas. Apparemment il y a eu un accord ou à une réunion à la présidence, dont on ne connait pas les tenants et les aboutissants. Au milieu de tous ces facteurs certains facteurs et des détails doivent être clarifiés ou partagés, comme ceux qui s’offrent ici à titre d’apport individuel comme d’écrivain, non comme une communication officielle de la commission, même s’ils pourraient être partagés pour tout ou partie.

CONCERNANT LA COMMISSION ET SES FONCTIONS

  1. La Commission a déclaré une trêve de Noël du 11 Décembre à la mi-Janvier. La trêve comprend la suspension de marches et les activités prévues pour le reste de décembre et ainsi que l’appel à payer les factures. La trêve, cependant, ne suspend pas les multiples activités techniques et juridiques qui continueront normalement de la part des membres de la commission.
  2. Le comité de suivi de la grève a recommandé qu’à partir du 11 Décembre les clients de Luz y Fuerza de Las Terrenas payent leur facture d’électricité et/ou trouvent un accord de paiement. Nous avions informé que ces factures ne seraient pas payées jusqu’à ce que la Surintendance d’électricité (SIE) signe le contrat-accord, mais nous avons reçu un compromis verbale de monsieur Canó de la SIE et nous ne voulions pas entrer dans la saison des fêtes sans que le public sache que faire, ou s’engage financièrement à d’autres niveaux, ou subir des coupures ou des problèmes administratifs avec Luz y Fuerza. Ceci et d’autres facteurs ont conduit la Commission à penser qu’il valait mieux payer maintenant et redémarrez le combat avec plus de force à la mi Janvier.
  3. La commission a établi deux équipes, l’une juridique et l’autre technique. Elle a également créé une équipe de communication. Nous devons rappeler que tout ceci est un effort volontaire, personne ne nous paie et personne ne paye nos frais. Nous avons des limites réelles, différentes de celle de Luz y Fuerza qui use et abuse de ses ressources localement et nationalement pour communiquer leur information et la désinformation. Nous sortons de nos poches et utilisons nos propres ressources, véhicules, argent, temps et talents. Tous les efforts juridiques, techniques et de communication sont fabriqués à partir des limites que la réalité présente.
  4. L’équipe juridique a lancé plusieurs procédures: a) mettre la SIE à l’amende et l’accuser de tergiversation; b) prendre contact avec l’Association d’Avocats de Las Terrenas afin d’élargir l’équipe juridique et préparer une réunion aura lieu cette semaine; c) en plus de la dénonciation et de l’avertissement officiel, l’équipe juridique est prête à mettre poursuivre la SIE le plus loin possible, y compris le Tribunal de Grande instance et le Conseil Constitutionnel. C’est sérieux car la SIE, pour sa négligence, est coupable de cette situation, tandis que sur le fond Orsini est coupable pour sa mauvaise gestion et ses pratiques illégales et abusives.
  5. Le comité de suivi a été élu par Vox populi et sur la base du souhait populaire. Aucun de ses membres n’est expert, ni juridiques ni techniques, ni en communication. Il est alors normal que surviennent des erreurs ou des incohérences, lesquelles ne sont pas mal intentionnées. La commission se renforce pour remplir sa tâche, mais sa mission était ponctuelle et il est probable qu’elle s’arrête une fois le contre-accord signé avec la SIE pour céder ensuite la place à d’autres initiatives liées au travail qu’il restera à effectuer.
  6. La mission du comité était de négocier avec le SIE et l’entrée d’EDENORTE reste la plus remarquable de ses réalisations, mais elle a également obtenu : a) l’engagement de réviser les compteurs, b) le renforcement de PROTECOM, c) l’intervention de la SIE et l’élimination des bureaux parallèles, d) la coordination des accords de paiement avec les consommateurs sans arriéré, ou frais de reconnexion, ni les 5% avec effet rétroactif, e) la révision du contrat de concession de Luz y Fuerza, lequel a commencé. Ces réalisations devraient être reconnues par le grand public en général, la Commission ayant rempli son mandat presque entièrement.
  7. Les deux questions en suspens et les plus controversées sont a) la réduction immédiate des niveaux tarifaires à ceux de Sanchez et Samaná lors de la construction de l’interconnexion, b) le retrait définitif du contrat de concession de Luz y Fuerza.

CONCERNANT LA SURINTENDANCE D’ÉLECTRICITÉ (SIE)

  1. Nous croyons que le SIE est coupable moralement pour tout ce qui se est passé récemment à Las Terrenas, pour sa paresse et son inefficacité face aux demandes formulées, les 29 visites d’alerte, pour son absence de réponses et pour son inefficacité. Pour quelque raison que ce soit elle n’a pas agit à temps ni avec raison face aux fautes et abus signalés. Elle n’a même pas répondu quand on lui a présenté officiellement la liste et les documents relatifs aux abus et violations de Luz y Fuerza.
  2. Le SIE se trouve immergée dans les procédures relatives au pacte national de l’électricité, ce qui réduit sa disponibilité pour donner un suivi à la grève à Las Terrenas.
  3. La commission a mis en arriéré la SIE suite à la demande qui leur a été soumise il y a trois ans. Cet arriéré a expiré vendredi 12 décembre 2014. Nous prévoyons qu’il y aura pas de réponse et l’équipe juridique du comité doit présenter la situation aux prochaines étapes juridiques. Le SIE perdra beaucoup par sa négligence et son inefficacité quant aux problèmes de service électrique à Las Terrenas. Elle a seulement agi après deux morts et de graves dégâts économiques. Ceci n’aurait jamais du arriver. La commission les a reconnu coupable des morts et des dégâts.
  4. Le SIE continue de ne pas informer les acteurs clés. Après l’événement de samedi dernier lorsqu’EDENORTE fit son entrée, le SIE n’avait toujours pas informé la Commission et si cette dernière ne s’était pas renseigné pour savoir ce qui se passait, il est possible que personne n’aurait été informé de l’événement. Ils n’ont notifié personne, et n’ont rien annoncé. Ceux qui étaient présents l’étaient parce que le comité les avait invité par divers moyens. La commission n’avait pas été invité à la table directive et la commission n’avait rien à voir avec le rôle du père Rogelio pendant l’événement. Ils l’ont fait sans aviser ou informer quiconque. Le discours d’Alex, offert lors de l’événement, ne faisaient pas partie du programme officiel, il a été ajouté à la dernière minute.
  5. Des représentants de la SIE interviennent dans Luz y Fuerza, mais nous ne savons pas ce qu’ils y font. Les mesures prises récemment par Luz y Fuerza, en relation avec les paiements, démontrent qu’ils ne surveillent pas ce que Luz y Fuerza continue de faire illégalement. Quoi que fasse Luz y Fuerza malgré l’intervention de la SIE retombera sur la SIE. La commission donne pour responsable la SIE de la continuité des erreurs et des manifestations de l’arrogance de Luz y Fuerza.
  6. Nous espérons que ce manque d’information et procédure change dans les prochains jours, mais nous n’avons pas de grands espoirs.

CONCERNANT LUZ Y FUERZA

  1. Luz y Fuerza a été investie par la SIE mais la compagnie continue d’agir d’une manière arbitraire et abusive, même lorsque le SIE a deux de ses employés au sein de la société. Ce que font les Orsini embue quelque effort de la SIE et de la Commission a informé le conseil d’administration de ce qui se passe. La commission donne pour responsable la SIE des erreurs permanentes et des manifestations de l’arrogance de Luz y Fuerza.
  2. L’entreprise a commencé à recueillir rétroactivement les 5% de réduction accordé par l’administrateur judiciaire provisoire le mois dernier. C’est illégal. Les clients doivent renoncer à payer ces 5% et s’ils refusent ils devraient demander constance à l’entreprise et la porter comme plainte au bureau du PROTECOM Plaza Italia. À deux reprises, nous avons levé une plainte auprès de la SIE et deux fois on nous a dit que ces 5% ne seraient pas récupérés. Mais aux dernières informations ils continuent toujours de les faire payer. Cela en dit long sur la pauvreté de l’entreprise, car elle montre la continuité de ses pratiques abusives.
  3. L’entreprise demande la signature d’un acte notarié pour effectuer des paiements ou des modalités de paiement. CE N’EST PAS UNE PRATIQUE LÉGALE et vous avez le droit de refuser de le faire. L’équipe juridique a pris des mesures en la matière et nous vous donnerons bientôt plus de détails.
  4. La société ne doit pas effectuer de coupures ou vous faire payer des arriérés de charge ou des frais de reconnexion, ni les 5%. S’ils insistent sur l’un de ces paramètres par défaut, demandez une preuve à Luz y Fuerza que vous avez refusé de payer et portez plainte à PROTECOM.
  5. Luz y Fuerza a une longue histoire de pratiques abusives et illégales, ce qui a incité la plainte qui a été déposée à la SIE en octobre 2011. Une nouvelle plainte concernant les violations de 2011 est en cours d’élaboration.
  6. Comme le modèle de comportement de Luz y Fuerza est fait d’abus et d’illégalités nous nous attendons à ce qu’ils continuent de la même manière, de sorte que le résultat, malheureusement, terminera sous forme d’action en justice contre l’entreprise. La Commission n’a ni autorité ni ingérence dans les activités de violence ou de vandalisme contre Luz y Fuerza de la part d’acteurs individuels au sein de la communauté. La société a semé la haine et récolte la haine.
  7. Il est INCROYABLE et SURPRENANT que Luz y Fuerza soutiennent que l’entrée d’EDENORTE et l’interconnexion avec le SENI est illégale. Pour une entreprise habituée à agir illégalement il est paradoxal d’utiliser l’argument de l’illégalité. Si l’interconnexion à la SENI est illégal c’est en conséquence des nombreuses illégalités de Luz y Fuerza à travers les années.

CONCERNANT EDENORTE

  1. Techniquement parlant l’entrée d’EDENORTE n’est ni un miracle, ni une utopie, ni nécessairement la meilleure option à long terme, mais ce est ce que la communauté a exigé et réclame depuis un certain temps. Entrée EDENORTE doit être accompagnée par d’autres actions de soutien technique de telle sorte que deux objectifs souhaitables sont atteints: un service moins cher et un service fiable.
  2. L’entrée EDENORTE était une réponse d’urgence à un état d’urgence. Tous les détails ont été élucidées, ils nous révèlent en mars, avec son potentiel de succès et des échecs.
  3. Reste à voir rôle de gestion, social et économique à jouer dans la communauté EDENORTE, mais tout espoir sera une entité sociale positive.
  4. Le comité a tenté de communiquer à plusieurs reprises avec EDENORTE mais sans succès. Nous pensons que ce est parce qu’ils ne ont pas la clarté complète même.
  5. L’entrée rapide EDENORTE avec le système 34.5KW est une réponse à court terme, mais la meilleure solution technique est un circuit en boucle à travers la province avec une autre tension de se élever à la pratique internationale pour un tel système. 34,5 KW système répondra aux demandes immédiates et une réduction immédiate de 40% au taux comme annoncé, mais elle a ses complications. En d’autres termes, le problème technique ne est pas entièrement résolu.
  6. EDENORTE vendu directement Sanchez et Samana à des taux entre 4,4 et 8 pesos le kilo. Nous aspirons à être le même, car il ne est pas justifié que la communauté de Las Terrenas est différent des autres collectivités de la province, mais la différence de prix est peut-être en raison de péage qu’ils doivent payer pour Luz y Fuerza alors que la société continue Las Terrenas.
  7. Nous avons demandé la révision à que 40% croient que 50% est souhaitée avec péage. Mais si la subvention est retiré le coût par kilo doit être égale à Sanchez et Samaná. Les réseaux de distribution étaient investissements Luz y Fuerza et si l’Etat assume le coût de la même (qui est juste qu’il devrait faire), puis l’ensemble de la province serait un coût.
  8. EDENORTE a amélioré son service à la province et est relativement fiable, mais la communauté a besoin d’une plus grande fiabilité et un système d’urgence qui peut être ciblée ou générale.

QUANT À LA COMMISSION NATIONAL DE L’ÉNERGIE

Inexplicablement elle accorde la concession à Luz y Fuerza pendant 20 ans, au milieu des protestations, les plaintes et les violations de Luz y Fuerza. Pourquoi l’a-t-elle fait ? Comment ont-ils fait ? Bonnes questions auxquelles nous n’avons pas les réponses, mais nous savons que la sentence n’était pas méritée. Cette concession était un seau d’eau froide pour la communauté et permis à Luz y Fuerza de continuer à commettre les abus.

CONCERNANT LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE NATIONAL ET CELUI DE LAS TERRENAS

  1. 1- Le pays est engagé dans un pacte électrique national, dont la mise en œuvre a été annoncée pour janvier. Las Terrenas souffrira ou bénéficiera de ce qui en découlera et nous ne connaissons pas encore l’impact possible.
  2. 2- Pour autant que nous sachions (nous n’avons pas eu de documentation à ce sujet), EDENORTE fournira l’électricité au distributeur Luz y Fuerza et le générateur local (Generadora Samana) cessera de fonctionner. Le consommateur devra payer un péage à Luz y Fuerza pour revendre l’électricité fournie par le réseau national à travers son réseau privé.
  3. 3- Les termes de l’accord entre l’Etat et Orsini son inconnus. Nous faisons des efforts pour clarifier ces termes, d’abord parce que c’est ce qu’il y a à faire, deuxièmement par méfiance de tous les acteurs impliqués.

CONCERNANT LUZ y FUERZA ET LA RÉALITÉ SOCIALE À LAS TERRENAS

  1. Il est évident pour tout le monde qu’une ligne a été franchie et que le niveau de rejet de la famille Orsini Bosch et son entreprise Luz y Fuerza ainsi que la génératrice Samana, dépasse les limites de la tolérance. Le mépris et le rejet a été largement gagné en raison des pratiques illégales et abusives à travers 22 années d’existence dans la commune. L’arrogance et les actions abusives continuent, même après la grève.
  2. Ce n’est un secret pour personne que le soutien prédominant à l’Ing. Orsini Bosch vient de sa famille, la Dr Milagros Ortiz Bosch, ancienne vice-présidente de la République et membre éminent du Parti Révolutionnaire Moderne (PRM). Ses longs bras atteignent les ministres et même le pouvoir judiciaire, résultant en actions légalement embarrassantes et inexplicables. La portée des actions de l’Ing. Orsini Bosch ne saurait être le même sans le soutien de longue portée de la Dr. Ortiz Bosch.
  3. Dans la province, l’Ing. Orsini Bosch a utilisé les ressources de son entreprise pour favoriser un des partis majoritaires et ses candidats, de sorte que la situation crée un malaise politique inutile, mais dangereux dans de nombreux secteurs, avec des réactions ambiguës et incohérentes du point de vu personnel chez de nombreuses personnes. Cette situation est regrettable car la province a besoin d’une force politique sans compromis et une activité politique qui produise les meilleurs débats et les meilleurs résultats pour le bénéfice du plus grand nombre de personnes possible. Mais le rôle de l’Ing. Orsini a tout ternit. Il est connu pour beaucoup que ses finances et le carburant fourni par le gouvernement comme subvention au générateur ont été utilisés à des fins partisanes, au détriment du coût électrique pour le consommateur.
  4. L’Ing. Orsini Bosch est une personne compétente, travailleur, intelligent et, dans un moment de sa vie, très visionnaire. La commission, ni aucun de ses membres, n’a rien de personnel contre l’Ing. Orsini Bosch. Mais à un certain moment de sa vie, il a perdu sa vision, il a rejeté ses limites de gestionnaire et a décidé d’agir comme si ses clients étaient ses ennemis. Les qualités personnelles, professionnelles et de gestion d’Ing. Orsini sont contestées par tous et ses actions continues d’harcèlement et d’abus jette envers la communauté nous font douter sur la possibilité un jour de réparer le préjudice social et économique causé à travers les années. L’Ing. Orsini perdu une excellente occasion de vraie et profonde transformation sociale et communautaire, après avoir été en mesure d’offrir à Las Terrenas le meilleur service électrique à un prix équitable et avec le soutien de la communauté. Mais l’Ing. Orsini a perdu la tête et les usagers, comme Las Terrenas en général, souffrent de la perte de ce potentiel. Il est possible que l’Ing. Orsini ne comprenne jamais qu’il n’a pas plus d’avenir à Las Terrenas.
  5. L’ing. Orsini Bosch et sa compagnie, ont identifié Alex Garcia et votre serviteur, comme responsables des dommages à l’entreprise. Nous avons entendu des commentaires de tiers comme quoi l’Ing. Orsini voulait éliminer les deux et peut-être d’autres. Nous avons pris la plainte au sérieux et nous avons informé les autorités compétentes. Nous avons entendu avant la marche du 3 Décembre dernier qu’ils avaient des plans pour éliminer Alex et José. Nous avons fait le nécessaire pour qu’Alex ne soit pas présent au cours de la marche. Nous tenons l’Ing. Orsini Bosch et la Dr Ortiz Bosch comme responsable de ce qui pourrait nous arriver à tous les deux ou aux autres membres du Front ou au comité de suivi de grève.

CONCERNANT LA MAIRESSE ET LE CONSEIL MUNICIPAL

  1. Parmi les plus grosses pertes au milieu de cette situation, ce fut le maigre leadership de la mairesse suppléante et de ses conseillers. Sous le bouclier de » ce n’est pas notre problème » il s’est produit une des erreurs les plus évidentes et claires qui pouvait être présenté à tout le leadership communautaire.
  2. Bien qu’elle ne l’admette pas jusqu’à aujourd’hui, la mairesse suppléante a donné un maigre service à la municipalité pour des conflits d’intérêts. Sa longue relation avec l’Ing. Orsini et le rôle que son entreprise a joué sont bien connus de tous. Elle a voulu cacher le soleil avec un doigt et s’est brûlée le doigt.
  3. Dans un environnement où tout est connu, la mairesse suppléante, la Dr. Mariana Vanderhorst, doit savoir que ses paroles et ses actes sont connus à un moment ou un autre. Ceux qui avaient déjà une méfiance nourrit contre elle sur son arrivée au plus haut niveau du leadership municipal, ont eu confirmation de leurs pires craintes et hypothèses. La Dr. Mariana ne s’est pas seulement brûlée le doigt, elle s’est brûlée complètement.
  4. Les conseillers se sont éventuellement laissés portés par la motivation offerte par la Dr. Mariana, mais il n’y a qu’eux qui peuvent le savoir. Lorsque les membres du Front des Organisations Sociales sont allés assister à une réunion à la mairie, avant la grève, il était évident qu’il n’y avait pas de recherche de solutions, mais une défense impossible. Les conseillers, au lieu d’avoir une attitude et une position indépendante, ont rejoint l’intransigeance de la mairesse suppléante.
  5. Il y a trois ans, quand le Front accepta le rôle de la Dr. Mariana comme intermédiaire avec Luz y Fuerza, même si elle et sa compagnie étaient ses représentants légaux, elle a exprimé son désir d’être impartiale et d’aider à conclure un accord. Cette fois, elle n’a même pas cherché cela. Elle pouvait jouer un rôle de premier plan, mais elle a refusé. Même si elle peut dire le contraire, aucun membre du Front n’a quoi que ce soit de personnel contre elle, mais il est clair que nos attentes quant au rôle de la première chef de file de la communauté contraste fortement avec ce qu’elle a vu et compris que ce qu’était son rôle.
  6. Les dirigeants se jugent en temps de crise et cette crise a fait que les conseillers furent complètement absents du processus. Ils n’ont ni cherché à comprendre ni à aider. Au lieu de cela, ils se sont opposés ou sont restés neutres face aux critiques et demandes de la communauté. C’est compréhensible, mais au milieu de la pire crise que la communauté ait connue ses dix dernières années, les conseillers étaient TOTALEMENT ABSENTS, certains accusant et diffament ceux la communauté qui avaient pris cause pour le Front.
  7. Après l’Ing. Orsini Bosch, les plus grands perdants dans ce conflit ont été la mairesse suppléante et les conseillers. C’est une chute de laquelle il est très probable qu’ils ne se relèveront jamais parce que les gens en général leur en tiendront rigueur.
  8. La situation n’est pas souhaitable car elle crée un vide politique et les vides politiques sont dangereux.

CONCERNANT LE GOUVERNEUR ET LES AUTRES POLITICIENS

Rien de plus à dire qui ne soit déjà évident pour tous les lecteurs.

NOTE: Je suis seul responsable de tout ce qui vient d’être écrit. La déclaration n’implique pas le consensus et la participation des membres du comité de suivi de la grève, même si j’imagine que certains de ses membres partagent des idées similaires. Si un / une d’entre eux / elles souhaite rejoindre ma pensée dans cette analyse il / elle est le / la bienvenu / e.

Toute opinion ou commentaire de la part du public peut être envoyé à . – Posté par José R. BOURGET Tactuk pour Sondeos del Alma le 12/12/2014 10:36:00. – Traduction Sylvain MAUFRAIS pour Las Terrenas Live

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix − 5 =