La communauté de Las Terrenas annonce une marche de protestation contre Luz y Fuerza et la SIE

Ce mercredi 11 février à 15h au départ du Multiuso

La communauté de Las Terrenas annonce une marche pacifique con la compagnie Luz y Fuerza y la Surintendance d’électricité pour ce mercredi 11 février à 15h au départ du Multiuso. La marche pacifique, organisée et juste, à lieu pour dénoncer les violations permanentes de cette compagnie qui déclare des frais illégaux, continue les tromperies et la désinformation constante dans la presse, dont la dernière en date est celle de la réduction de la facture de 11%.

Le culot de Luz y Fuerza est amplifié par l’indifférence totale de la Surintendance d’Électricité face à la demande d’intervention de la communauté en ce qui concerne le tarif du kwh et les condictions dans lesquelles la société exerce ses activités, en particulier après les prestations de novembre dernier qui ont aboutis à la mort de deux personnes et un million de pesos de dommages et intérêts. Les membres de la communauté ont contacté de nombreuses fois le Conseil de la SIE et il y a deux semaines a demandé la visite de ce même Conseil à Las Terrenas pour répondre à leur revendications, sans obtenir de réponse ou de suivi. De plus, la SIE n’a pas signé l’accord qui leur avait été soumis en décembre dernier lorsque la communauté avait annoncé une trêve aux manifestations pour motif de saison de Noël.

Les manifestations de novembre dernier ont permis d’obtenir l’interconnexion au réseau national par l’intermédiaire d’EDENORTE. EDENORTE a accéléré les travaux d’installation des nouvelles lignes depuis Sánchez et procède à présent à la construction de deux postes électriques. Mais les détails de l’accord, le tarif résultant de l’interconnexion et la gestion de la distribution, entre autres facteurs, n’ont pas été révélés, laissant la communauté aveugle pendant que l’ingénieur José Oscar Orsini Bosch reste sur des positions illégales, comme par exemple la facturation de 330 pesos pour coupure et reconnexion non effectuées. Les violations les plus récentes de Luz y Fuerza se produisent malgré une « intervention » de la SIE, laquelle maintien 4 employés dans l’entreprise, chose que la communauté juge impensable.

Alors que les circuits isolés du réseau national électrique ont offert des réductions de leurs tarifs depuis octobre dernier du fait de la baisse du pétrole, Luz y Fuerza a simplement appliqué une misérable baisse de 0,75 centimes en janvier 2015, quand elle augmentait le tarif à d’autres et ajoutait le paiement illégal des 330 pesos pour coupure et reconnexion. Luz y Fuerza fait payer des retards et pénalités sans reconnaitre la réduction de 5% offerte par Monsieur Jacques Dartout, alors qu’il a dirigé l’entreprise avant les manifestations, cette réduction faisant parti de l’accord signé avec la SIE.

La communauté informe que malgré l’annonce de fermeture de la génératrice face à l’interconnexion avec EDENORTE, on ne sait réellement pas ce qu’il en sera finalement au vu de l’apparente expansion que réalise l’ingénieur José Oscar Orsini Bosch. La Génératrice de Samaná et l’entreprise distributrice Luz y Fuerza maintiennent un monopole et appartiennent au même propriétaire, ceci se produisant en violation même de la Loi et en toute connaissance de la SIE. Le manque d’informations et les mabigüités sont une source d’inquiétude et d’anxiété pour les gens, face au regard apathique et indifférent de la SIE.

La compagnie Luz y Fuerza pratique 30 tarifs différents quand il ne devrait y en avoir que 4. De plus, la communauté par l’intermédiaire d’une marche et d’autres moyens, incluant le Gouverneur de Samaná, a demandé un rendez-vous direct avec le Président Medina pour qu’il comprenne qu’aucun des organismes gouvernementaux n’apportait de réponse aux problème de service électrique à Las Terrenas. Le Président Medina, à qui le peuple clamait « Danilo baisse l’électricité » n’a pas daigné répondre.

Pendant les jours suivants la grève, le Gouverneur Enriquillo Lalane a demandé un rapport sur les conditions de la famille du défunt Cesario Deogracia, assassiné par un policier lors des manifestations, lequel a été remis en main propre par Robinson Espino Florentino, président de l’Union de Junta de Vecinos (Association des représentants de quartiers), mais jusqu’à présent la promesse du Gouverneur reste incomplie, comme cela s’est passé à d’autres occasions. La marche cherche également une action en faveur des citoyens tués par la Police.

L’appel à la marche pacifique est fait par l’Union des voisinages, le ressiscité Front de Lutte Pro-Droits du consommateur d’électricité y la Commission de suivi de la manifestation.

En résumé, les raison invoquées pour justifier la marche sont :

  • La continuité et l’augmentation des abus flagrants et illégaus de Luz y Fuerza,
  • Le déni de justice de la Surintendance à la communauté, son abscence de communication, son abscence d’action permettant les abus, et l’abscnece d’information sur l’évolution des choses, intervenant dans l’entreprise pour lui permettre encore plus d’abus,
  • Le Gouverneur n’accompli pas ses promesses d’aide à la famille du défunt Cesario,
  • Le Président Medina n’a pas répondu à la demande d’entrevue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf − 13 =