Las Terrenas mérite mieux, non ?

Pourquoi ces vacances ?

Il y a quelques mois, peu de temps après les manifestations contre Luz y Fuerza, je me suis rendu compte que je ne comprenais plus quelle était la direction que prenait Las Terrenas en terme de développement. Je voyais des choses se faire et se laisser faire sans que personne ne dise rien ou presque. Des décisions qui apparemment n’en étaient pas, tellement les conséquences directes et à long terme allaient être néfastes pour le village. Une sorte de laisser aller, du moins c’est comme cela que je le percevais.

La politique du site Internet Las Terrenas Live ayant toujours été de faire ressortir les aspects positifs du village, cette fois-ci j’avais de plus en plus de mal à en trouver. En fait j’avais le choix entre le n’importe quoi et le grand rien. Pas facile comme choix quand on doit promotionner Las Terrenas.

En revoyant les actualités des années passées, je me suis surpris de tout ce qui avait été réalisé comme ouvrages, constructions, développement à l’intérieur et en dehors du village, toute cette synergie qui avait été mise au service de nos touristes et investisseurs. Une sorte d’élan positif dans lequel vous pouvez inclure les chemins pavés des plages de Las Ballenas et de Bonita, la construction de la station d’eau INAPA, le Boulevard de l’Atlantique, le Village des Pêcheurs, le Parque et son kiosque pour les enfants, l’asphaltage progressif des rues, les trottoirs, etc, jusqu’à la régulation des prix de l’électricité, même si ce n’est pas encore fini… Et puis cette liste n’inclue pas les investissements personnels de constructeurs locaux par exemple, ainsi que tous les professionnels qui travaillent chaque jour à embellir Las Terrenas et à assurer les services aux clients. Merci à eux car ils représentent la continuité, l’avenir et l’optimisme.

Bref, même s’il y avait encore des choses à faire, nous avancions dans le bon sens.

Et puis lentement mais surement, j’ai eu l’impression qu’il ne se passait plus rien. Mais en fait avec le temps je me rends compte que c’était pire que ça : tout était fait à l’envers, et ce depuis des mois, pour endommager et détériorer Las Terrenas. Voilà pour quoi, en partie, je ne mettais plus d’article en ligne. Parler de Las Terrenas pour ne rien dire, ou pire pour accélérer la mauvaise réputation en attirant plus de visiteurs qui repartiront déçus, aigris et parleront, en mal, du village, cela n’avait aucun intérêt. Alors pour réfléchir sur la situation de ces derniers mois, j’ai pris un peu de recule, mais surtout j’ai compris que le meilleur arrivait très bientôt, cette année, et pour cette raison, pour cette aspect positif j’ai décidé d’en parler. Un peu comme sur les écrans ou les annonceurs nous disent Veuillez nous excuser pour cette interruption du service, nous travaillons actuellement pour y remédier…, c’est ce que je vais tenter de faire aujourd’hui.

La situation actuelle

Nous avons tous compris à présent qu’il ne sert à rien d’espérer quoi que ce soit de la part des plus hautes autorités en place actuellement à Las Terrenas. Autant de mois à attendre, ou autrement dit, tous ces mois de perdus à ne rien faire, il ne servirait à rien de croire qu’en quelques semaines tout sera résolu pour du long terme. Un bricolage de dernière minute, dans l’urgence des prochaines élections, avec toutes les promesses qui les accompagnent, n’a définitivement aucun intérêt. C’est comme mettre un coup de peinture jaune sur les dos d’âne le 23 décembre parce que les touristes arrivent le 24… Quand on ne contrôle plus rien ou si peu, depuis trop longtemps, quand on passe son temps à démontrer à tout le monde qu’on a aucun intérêt à protéger la population du village et ses visiteurs, il vaut mieux passer la main.

Les nuisances sonores (bars, motos, guaguas publicitaires…), la contamination environnementale (fumées de la décharge publique, tout à l’égout qui ne fonctionne pas), l’hygiène et les conditions sanitaires du public (ordures un peu partout), toutes ces rues qui ne sont toujours pas asphaltées, tous ces trous qui ne sont toujours pas bouchés, ces matériels et machines qui existaient pour le bien commun et qui ont disparu (2 camions à ordures et une pelleteuse) faute d’entretien, de maintenance, sont autant de preuves suffisantes et insupportables depuis trop longtemps.

Et puis les actions pour protéger la barrière de corail qui ne sont toujours pas prises alors que ça fait des années qu’on est averti par des professionnels, qu’on en parle, et quand bien même ces réunions ont eu lieu, que les décisions ont été prises, que les budgets existent et les moyens aussi, et bien rien est fait.

Alors de l’air, du vent, que font les bouches et les mains, mais aucune action réelle, concrète, visible aux yeux de tous sinon un désastre permanent dont les conséquences seront répercutées sur les dix prochaines années, au moins. C’est à se demander si ce n’est pas le but recherché…

Par contre, parmi ce qui a été fait, je me surprends cette fois de voir 3 ateliers de mécanique qui se sont installés dans la rue Carmen, au bord du Rio, mais attention, pas dans la partie du centre du village, non, au plus près de la plage et du secteur touristique. Franchement je préférais le champ de bananiers. Si avant nous avions les poubelles qui descendaient sur la plage avec les pluies, à présent nous avons les huiles de vidanges et les poubelles. Comment peut-on laisser faire ça ? Qu’on m’explique.

Parmi ce qui a été autorisé ou laissé faire, j’ai vu durant plusieurs semaines des camions de caliches (pas des petits camions Daihatsu de 5,5 tonnes chargé, non des gros Mack de 27 tonnes) faire des aller-retours sur le chemin de pavés auto-bloquants de la plage de Las Ballenas, et pas à vitesse limitée, non, à fond ! Allez voir le résultat car ça n’a toujours pas été réparé. Comment peut-on laisser faire ça ? Qu’on m’explique.

Depuis plus de 3 ans, nous avons en exposition des voitures accidentées sur le parking du commissariat de Police, face à la mer, dans la rue la plus fréquentée du village. Comment peut-on laisser faire ça ? Qu’on m’explique.

Bonne nouvelle ! L’avenir ne peut pas être pire que le présent

Allez, respirons un peu; parlons de l’avenir et rassurons nos futurs investisseurs et nos futurs touristes.

En mai prochain auront lieu les élections municipales, ce qui permettra logiquement et nous l’espérons tous, un grand changement. La nouvelle équipe municipale prendra place de façon effective en août 2016 pour se mettre au travail.

Encore quelques mois de patience donc, et la relève sera là pour sortir Las Terrenas de cette situation difficile mais dont le travail à faire n’est pas insurmontable. Nous imaginons quelques personnes de bonne volonté, mais surtout de celles qui aiment le village, les dominicains et les étrangers. Du sang neuf, des jeunes avec l’envie de laisser un héritage propre à leurs enfants et la fierté d’un travail fait en commun et pour le bien de tous. Enfin, et à nouveau, nous pourrons être fières de parler de notre village de Las Terrenas et d’inviter sans honte tous ceux qui veulent nous visiter à venir vivre ici dans les meilleures conditions possibles.

Pour ce faire, il faut arrêter d’avoir des représentants qui cachent les problèmes au lieu de les mettre en évidence. Au contraire il faut faire son possible pour les résoudre rapidement, et mieux encore : anticiper les problèmes. Tout fonctionne de cette façon car c’est la recette d’une bonne gestion. Dans le cas contraire cela ne peut pas fonctionner longtemps et nous en avons la démonstration tous les jours actuellement.

Sachez que loin d’être désespérés, nous sommes nombreux à justifier chaque jour, à ceux qui nous visitent, comment on a pu en arriver là à Las Terrenas. Ces explications devraient être données par les principaux concernés, mais surtout nous attendons encore de leur part qu’ils trouvent ou tout simplement qu’ils appliquent les solutions.

Le dialogue a été rompu et la population de Las Terrenas se sent comme détestée, et ce pour une raison inconnue.

Malgré tout ce travail à faire, mais surtout grâce à la population et aux professionnels de chaque secteur, Las Terrenas bat son plein cette année encore. La saison est excellente, les hôtels sont complets et les résidences aussi.

Sachez enfin, que nous devons tous préparer la saison prochaine dès aujourd’hui car de très bonnes nouvelles arrivent très bientôt pour Las Terrenas et l’évolution que prendra le village en terme d’investissement ne nous laissera pas le choix : il faudra combler les manques en terme d’éducation, d’autorité et d’organisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − treize =