Une douzaine de personnes à la réunion de sensibilisation

Dans le cadre du projet Reverde, à la Fondation Mahatma Gandhi

Une douzaine de personnes a assisté à la réunion de sensibilisation consacrée aux thèmes de la propreté de l’air, du maniement des poubelles et des méfaits du bruit sur l’organisme, dans le cadre du projet Reverde.

Reverde est un programme à vocation écologique, en partie financé par le Fonds mondial des Nations-Unies et développé depuis quelques mois à Las Terrenas, par la Fondation Mahatma Gandhi, en partenariat avec l’entreprise de compostage Puro Verde.

Dans le cadre de ce projet, des journées de sensibilisation sont régulièrement organisées dans les locaux du siège de l’association humanitaire, présidée par José Bourget. Objectif : aborder les six thèmes du programme Reverde : le compostage, le recyclage, le maniement des ordures, la propreté de l’air, la propreté des canaux et les méfaits du bruit sur l’organisme.

Méfaits du bruit et propreté de l’air

Une douzaine de personnes, professeurs des écoles ou responsables des associations de quartier, a participé à la réunion de sensibilisation qui a eu lieu samedi dernier. Leur rôle : « diffuser les messages dans les barrios et les écoles, pour toucher un maximum de personnes », indique José Bourget, le président de la Fondation Mahatma Gandhi. Les participants auront notamment appris que le bruit urbain, principalement dû au trafic routier, contribue à créer un climat général de stress et de tension, qui peut entraîner des réactions psychosomatiques diverses (ulcères, allergies…) et des problèmes mentaux.

Projet Reverde Fondation Mahatma Gandhi 02

Autre volet de la sensibilisation, le thème de la propreté de l’air, a mis l’accent sur la nocivité des dioxines, un groupe de particules polluantes organiques. Ces dioxines peuvent avoir des conséquences graves sur la santé des hommes, au niveau de la procréation et du développement, du système immunitaire, et peut provoquer des cancers.

Dans l’après-midi, l’auditoire a reçu la visite de Corinne et de Philippe Siebert, de l’association Reef Check, à l’initiative du projet de sauvetage des récifs coralliens de Las Terrenas. Les époux, passionnés par la vie marine, ont rappelé la pluralité des enjeux, écologiques et économiques, qui résident dans la nécessité de repeupler les récifs. « Si nous ne faisons rien, la mort du corail, qui fabrique le sable, entraînera la chute des cocotiers et des palmiers de plage, et à terme un déclin du tourisme, moins d’activité économique ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-huit − quatorze =